L'équipe URGENT de l’Irset est labellisée "Equipe FRM"

08 mai 2022

L'équipe « Physiologie et physiopathologie du tractus urogénital » (URGENT) de l’Irset, dirigée par Nathalie Dejucq-Rainsford (directrice de recherche Inserm), se voit décerner le prestigieux label « Equipe FRM » de la Fondation pour la recherche médicale. Créé par la FRM en 2005 et attribué pour trois ans, ce label a pour vocation d’honorer et de financer dans la durée des équipes fédérées autour de programmes de recherche en biologie innovants et à fort potentiel d’application en santé humaine. Gage d’excellence, le label « Equipe FRM » est donc particulièrement important pour une équipe de recherche et une véritable reconnaissance de la qualité de ses travaux. C’est la deuxième fois que ce label « Equipe FRM » est décerné à une équipe de recherche de l’Irset.

Rôle de l’immunité innée dans la persistance de virus émergents dans le testicule humain

L’infection persistante du testicule par des virus émergents a de nombreuses répercussions sur la santé humaine, incluant la propagation de maladies. De façon inattendue, la dernière épidémie de virus Zika en Amérique a révélé que ce virus, transmis par les moustiques et responsable d’anomalies congénitales, est transmis sexuellement par des hommes guéris, y compris dans des pays où le moustique vecteur est absent. Les chercheurs de l’équipe URGENT ont démontré que le testicule humain constitue un réservoir pour le virus Zika, lequel se réplique de façon persistante dans les cellules germinales plusieurs mois après la disparition des symptômes. Sur la base de résultats préliminaires, ils postulent que l'infection persistante du testicule est permise par une faible réponse immune innée. Cette faible réponse permettrait de protéger le bon développement des spermatozoïdes, qui sont détruits par plusieurs composants du système immunitaire. Dans ce projet, les scientifiques utiliseront leur modèle unique de culture de testicule humain, ainsi que des techniques d’analyse de dernière génération pour déterminer les cellules et les gènes impliqués dans la persistance du virus Zika et démontrer comment ils permettent au virus de survivre dans les testicules. Ils développeront un modèle expérimental afin de prédire la persistance d'autres virus émergents dans le testicule humain et testeront l’efficacité de composés antiviraux.

Les résultats obtenus devraient contribuer à combler la lacune de connaissance sur une question-clé : comment certains virus tels que le virus Zika échappent à la surveillance immunitaire et se répliquent pendant une durée prolongée dans le testicule humain ? Une connaissance indispensable pour prévenir la dissémination sexuelle de virus émergents lors des épidémies à venir.


Retour à la liste des actualités
^ Haut de page
Voir Modifier Créer ici
Facebook Twitter Google+ Linkedin Viadeo Delicious StumbleUpon Evernote Scoop it Netvibes